Loading

Voyage en Malaisie : Trek dans la jungle de Taman Negara

Voyage en Malaisie : Trek dans la jungle de Taman Negara

Kuala Tahan : Trek dans la jungle de Taman Negara

Direction Taman Negara !

Direction Taman Negara !

On voulait un peu d’aventure et bien on aura √©t√© servi dans la jungle de Taman Negara ! Nous avons opt√©¬†pour un trek¬†de deux jours et une nuit dans la jungle avec une agence locale de Kuala Tahan. Le rendez-vous pris, nous nous pr√©parons pour cette petite escapade qui s’annonce d√©j√† tr√®s romantique ūüėČ

C’est aux alentours des 8 heures que nous quittons notre guesthouse et enfilons les sacs tout pourris¬†pr√™t√©s par l’agence. Pour la petite vir√©e, on emportera :¬†2 pantalons, 2 paires de chaussette, 2 t-shirt, des tongs et de quoi faire vite fait notre toilette… Le point de d√©part du trek a lieu √† la station de bus principale,¬†c’est l√† que notre¬†guide chargera¬†nos sacs √† dos de quelques kilos suppl√©mentaires¬†: sacs de couchage, assiettes, eau, nourriture. Pas besoin de tente? ūüėČ Fin pr√™ts, nous voila en route¬†pour la jungle.

Avant le trek : petite mise en jambe dans la Canopy walkway

Canopy walkway

Canopy walkway

Dans la¬†pirogue qui nous m√®ne √† l’entr√©e du parc, nous rencontrons nos 9 compagnons de trek : 3 finlandais, 2 hollandaises, 1 malaisien, 1 su√©dois, 1 am√©ricain et 1 sud africaine. Premier arr√™t √† l’office du parc¬†: il faut obligatoirement s’acquitter des droits d’entr√©e¬†pour s’aventurer dans la jungle de Taman Negara¬†et remplir un registre des affaires que nous emportons avec nous. Ce¬†n’est pas d’une tr√®s grande utilit√©¬†puisque¬†aucune v√©rification ne sera¬†faite au retour, mais c’est juste pour se donner bonne conscience. Les formalit√©s effectu√©es, le trek commence par une visite de la¬†canop√©e. C’est en fait un ensemble de¬†ponts suspendus a plus de 40 m√®tres de haut, un petit avant go√Ľt de la jungle du haut de la cime des arbres¬†(ceux¬†qui ont¬†le vertige s’abstenir, √ßa¬†peut √™tre un vrai calvaire surtout que les ponts ne sont pas tr√®s stables). Apr√®s cette petite¬†balade, une croisi√®re d’1h30 en¬†pirogue sous le¬†soleil nous attend. Et histoire de¬†nous mettre bien dans le bain, notre guide nous lance le petit challenge de manger¬†notre riz accompagn√© d’une sauce au poulet dans le bateau, sans couverts et avec du papier craft en guise d’assiette.¬†Le repas √©tait excellent et bizarrement¬†on s’en est pas mis¬†partout.

Découverte de la jungle de Taman Negara

Champignons Bioluminescents

Champignons Bioluminescents

Le bateau s’arr√™te pr√®s d’un escalier, on d√©charge nos sacs √† dos et montons quelques dizaines de marches pour rejoindre une clairi√®re avec quelques abris abandonn√©s. A partir de l√†, impossible de faire demi-tour ! L’humidit√©, la v√©g√©tation, les bruits incessants des animaux autour de nous : pas de doute, nous sommes bien en totale immersion dans la jungle. Le briefing commence. Le guide nous explique diff√©rentes choses √† savoir : tout d’abord, ici, on ne rigole pas avec la faune. Il existe quelques serpents mortels comme le cobra ou un de ces petits copains, tout aussi dangereux. Le premier vit par terre, le deuxi√®me vit dans les branchages √† 1 ou 2 m√®tres de haut. Si celui-ci d√©cide de mordre la t√™te, s’en est finit pour la victime, elle devrait mourir dans les 20 minutes…¬†Ambiance. En cas de morsure ailleurs, il faut rapidement faire un garrot, une entaille dans le bras avec un couteau et exfiltrer le sang contamin√© avec sa bouche. A l’√©couter, on se croirait dans Man VS Wild. Evidemment,¬†personne ne souhaite en arriver l√†… Le seul conseil que nous donne donc le guide, c’est ¬ę¬†avoid the head¬†¬Ľ. Parfait, on est pr√™t pour affronter cette vaste jungle hostile. Dernier conseil du guide¬†avant de partir, si une abeille ou autre chose volante se pose sur votre bras ou ailleurs, c’est important de souffler dessus et non pas de taper au risque de se voir injecter une belle dose de venin assez toxique. C’est not√©.

La feuille miracle !

La feuille miracle !

Apr√®s quelques kilom√®tres, l’humidit√© nous fatigue d√©j√†,¬†le guide fait donc un court arr√™t pour nous initier √† la botanique du coin. Il nous montre une plante qui est √† la fois un antiseptique et qui¬†arr√™te le saignement en cas de blessure. Un peu plus tard, nous nous retrouvons devant¬†un arbre entaill√© de toute part¬†:¬†c’est l’ipoh, l’arbre utilis√©e pour le poison paralysant des fl√©chettes de sarbacanes. En effet, bien dos√©, ce poison peut tuer un humain apr√®s une trentaine de minutes. La recette est assez simple, on r√©cup√®re la s√®ve d’un arbre apr√®s 12 heures d’√©coulement puis on fait chauffer la substance jusqu’√† obtenir¬†une colle noire, et c’est tout.¬†√áa semble assez facile.

La promenade continue, il fait chaud et tr√®s humide et le bruit des animaux autour de nous est incessant. Il est presque impossible de penser √† autre chose que ce bruit de cigales¬†ou je ne sais quoi. On en a presque mal aux oreilles √† force de les entendre.¬†Ce brouhaha¬†nous suivra jusqu’√† la tomb√©e de la nuit. Nous faisons encore un petit arr√™t et l√†¬†le guide nous apprend qu’en cas de perte du groupe, il est inutile de¬†crier mais plut√īt d’utiliser une branche et frapper un arbre un peu particulier avec une racine haute et fine. Le¬†guide nous promet une port√©e √† 2 kilom√®tres contre 100 m√®tres pour les cris d’homme. Il nous pla√ģt ce guide, il connait bien les lieux et √ßa, c’est rassurant.¬†On repart.

L'arbre tamtam

L’arbre tamtam

Le chemin est long, glissant, la fatigue s’installe doucement. Ici, l’allure n’est pas tr√®s rapide. Oubliez les¬†5 km/h, on marche √† peine √† 2 km/h. Les t-shirts sont tremp√©s, les pantalons plein de boues. Pour les moins chanceux, les sangsues (oui, encore elles, les voraces) ont fait un petit festin de pieds et de mollets. On touche du bois (c’est peu dire…), pour le moment aucune n’est venue s’aventurer sur nos chaussures ou ailleurs, la technique chaussette sur pantalon marcherait-elle?

Notre nuit… Dans une grotte !

Dans la grotte !

Dans la grotte !

C’est vers 18 heures que l’on p√©n√®tre enfin dans une √©norme¬†grotte : la grotte de Kepayang Besar. Un spectacle peu courant se pr√©sente √†¬†nous. D’autres¬†petits groupes de campeurs sont d√©j√† l√†. On entend aussi le bruit tr√®s caract√©ristique des chauves souris qui r√©sonne √† chaque cri. C’est donc ici que nous allons dormir. Le deuxi√®me guide est d√©j√† l√† pour installer le campement tr√®s rudimentaire. En arrivant, on a droit √† un th√© au citron histoire de d√©compresser apr√®s une journ√©e assez fatigante. On d√©charge toute la¬†nourriture de nos sacs √† dos pour former un stock unique qui permettra √† notre guide de faire la cuisine pour le soir. En attendant, on d√©cide d’aller se laver, en gros barboter dans une eau stagnante mais pas trop quand m√™me.

Avec quelques compagnons t√©m√©raires, on se retrouve tous en sous-v√™tement pour se laver… Bizarrement, ici, on n’est pas vraiment regardant sur les us et coutumes que l’on a connu jusqu’√† pr√©sent. Ici, on n’a pas trop le choix mais on s’adapte assez bien √† notre nouveau mode de vie temporaire… Enfin, pour l’instant ;-).¬†On rentre au campement un peu moins sale qu’en partant (mwai…) et avec une¬†partie du groupe, on¬†aide √† la pr√©paration du¬†repas du soir.

Notre salle de bain

Notre salle de bain

Une fois termin√©, on laisse le tout mijoter et on se permet une ballade nocturne aux abords de notre nouvel habitat o√Ļ nous verrons principalement des lucioles qui volent dans la nuit. C’est plut√īt romantique, on en oublierait presque que nous sommes en pleine¬†jungle. On rentre partager un d√ģner convivial avec le groupe, au menu: riz, l√©gumes et poulet. Tr√®s bon, surtout qu’on avait tous assez faim. Avant d’aller nous coucher, quelques personnes du groupe se lancent dans la r√©alisation d’un grand feu pour √©loigner… les √©l√©phants qui peuvent potentiellement se r√©fugier dans la grotte – √† priori c’est d√©j√† arriv√©. On ne va pas prendre de risques inutiles.

23 heures¬†:¬†Il est l’heure de dormir, on s’isole pr√®s du feu au fond de la grotte. Mauvaise nouvelle, les chauves-souris ont d√©cid√© de se percher juste au dessus de nos sacs de couchages √† environ 30 m√®tres de haut. On les entend crier assez bruyamment. En pleine nuit au fond d’une grotte l’ambiance est assez particuli√®re. Pas facile de fermer l‚ÄôŇďil, surtout qu’on commence √† recevoir des petits cadeaux offerts par¬†nos amies les chauves-souris… La nuit risque d’√™tre longue.

Protection anti éléphant !

Protection anti éléphant !

1 heure :¬†Difficile de trouver une position confortable ou du moins acceptable pour √©viter d’avoir le dos cass√© au bout de 15 minutes. Le temps passe. On entend des bruits venant de partout et le feu est quasiment mort. Dommage, il nous apportait un peu de chaleur et de lumi√®re. A pr√©sent, il fait vraiment noir… Les lampes torches sont √† port√©e de main au cas o√Ļ…

3 heures 30 : On se r√©veille en sursaut (ah tiens, on dormait…) quelque chose fait un bruit tr√®s suspect derri√®re nous, comme si quelqu’un fouillait dans un sac. Bon, on va se dire que c’est quelqu’un qui cherche un truc dans son sac. Sauf que l√†, √ßa se rapproche. Un bruit de bouteille √† quelque centim√®tres de nos t√™tes commencent √† nous faire un poil flipper. Mais, c’est notre bouteille d’eau ! On se rel√®ve en sursaut, la lampe torche √† la main et l√† on voit un putain de gros rat (un porc-√©pic en fait ) de plus de 60 centim√®tres de long qui a la t√™te dans un sac qui n’√©tait pas du tout l√† au moment de se coucher. On commence √†¬†s‚Äôinqui√©ter. On l’effraye avec notre lampe torche et on le voit partir avec ces deux petits cach√©s au fond de la grotte. En quelques secondes, ils s’enfuient sans bruit. Bizarrement, on s’endort assez rapidement apr√®s cette petite √©ruption, il faut dire que la journ√©e nous a pas mal achev√©.

Devant la grotte de Taman Negara

Devant la grotte de Taman Negara

6 heures 45¬†: Les¬†cigales¬†commencent de mani√®re assez matinales. Nous nous r√©veillons doucement avec l’impression de pas ne avoir vraiment bien¬†dormi de la nuit. On s’√©tire le dos et les muscles un peu fracass√© par le sol. Bonne nouvelle : il fait d√©j√† jour. On en profite pour sortir un peu prendre l’air et se d√©gourdir. En revenant, on sent les toasts grill√©s pr√©par√©s par notre guide cuisinier. Parfait, on avait d√©j√† faim (quel luxe de pouvoir manger ces toasts dans une grotte en plein milieu de la jungle…).

Apr√®s ce bon petit d√©jeuner, on remballe tout et on se remet sur la route. Nous sommes alors le premier groupe √† partir, ce petit d√©tail aura deux cons√©quences : la premi√®re c’est que l’on aura pas pu voir les deux serpents qui se trouvaient dans la grotte (pas trop grave…) et la deuxi√®me en revanche est plus g√™nante : on d√©busque TOUTES¬†les sangsues. Apr√®s √† peine deux heures de marche, petite pause. On se retrouve avec chacun au moins 6 ou 7 sangsues accroch√©es au jambe. Bon bah, la technique de la chaussette est assez foireuse en fait. Dommage. Il faudra trouver autre chose pour la prochaine fois ! On en profite pour mettre les pieds dans une petite rivi√®re beaucoup plus large que la veille et √ßa nous rafra√ģchit tr√®s bien. Puis on mange… Et on repart.

Un pont un peu particulier...

Un pont un peu particulier…

Nous arrivons devant le dernier obstacle du trek : un long arbre coup√© sert de pont au dessus d’un joli trou de 20 m√®tres (Note pour ceux qui ont encore le vertige : ¬†Bon,¬†l√†, il ne faut vraiment pas avoir le vertige). Pas tr√®s cool, surtout que √ßa glisse pas mal et que nos talents de funambules sont assez m√©diocres. On finira donc √† califourchon sur le tronc et on avancera en mode chenille en fin de soir√©e arros√©e lol…

Plus de peur que de mal, avec cette technique, la travers√©e sera en fait pas si difficile. Arriv√©s proche de la rivi√®re, on retrouve notre pilote de pirogue¬†pour faire le chemin inverse avec une √©tape au milieu, visite express d’un tribu qui vit dans la jungle dans le village de Orang Asli. Ici, on apprend comment se fabriquent les fameuses fl√©chettes empoisonn√©es, comment tirer ces fl√©chettes √† la sarbacane.¬†Et pour terminer par le plus impressionnant : comment faire un feu en moins d’une minute avec deux morceaux de bois… Assez surprenant. On repart pour notre destination finale o√Ļ l’on retrouve notre petite guesthouse o√Ļ nous prenons une vraie douche (le bonheur!). On s’endormira en¬†quelques secondes. Et m√™me pas un porc-√©pic pour venir nous caresser les pieds. ūüôā

Galerie photos

Christelle & Thomas

Christelle & Thomas